Fécondation in Vitro – FIV

Fécondation <i>in Vitro</i> – FIV

Qu’est-ce que la fécondation in Vitro ?

La fécondation in Vitro (FIV) est le traitement de procréation médicalement assistée dans le cadre duquel l’ovocyte est fécondé par le spermatozoïde au sein du laboratoire.

Quelles sont les étapes du processus ?

La fécondation in Vitro comprend trois étapes principales :

Stimulation ovarienne + examens gynécologiques
Stimulation ovarienne + examens gynécologiques
Recueil des ovocytes + échantillon de sperme
Recueil des ovocytes + échantillon de sperme

Fécondation in Vitro et culture embryonnaire

Transfert embryonnaire
Transfert embryonnaire

Comment réalise-t-on une fécondation in Vitro ?

Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir.

Généralités
Dans quels cas la fécondation in Vitro est-elle indiquée ?

La fécondation in Vitro (FIV) est indiquée dans les cas suivants :

  • Obstruction des trompes
  • Facteur masculin pour lequel une insémination artificielle est insuffisante
  • Réserve ovarienne faible
  • Maladies génétiques qui nécessitent un diagnostic préimplantatoire
  • Âge supérieur ou égal à 38 ans
  • Échecs d’inséminations antérieures
  • Stérilité de longue durée
Quels sont les examens préalables requis ?

Pour réaliser une fécondation in Vitro (FIV), il est nécessaire de faire au préalable un bilan comprenant les examens diagnostiques suivants :

  • Bilan hormonal pour analyser la réserve ovarienne. Il est possible de déterminer le taux de l’hormone antimüllérienne (AMH) à tout moment du cycle, ou de la FSH et de l’œstradiol au troisième jour du cycle.
  • Spermogramme pour évaluer la qualité de l’échantillon. Si la qualité spermatique est faible, il sera nécessaire d’approfondir le bilan andrologique au moyen d’examens complémentaires.
  • Échographie gynécologique pour écarter toute pathologie utérine et ovarienne. Elle permet également d’évaluer la réserve ovarienne par le comptage des follicules antraux.
  • Caryotype pour écarter des anomalies génétiques susceptibles d’affecter l’embryon.
  • Bilan des sérologies pour écarter la présence de maladies infectieuses transmissibles.
Pourrai-je mener une vie normale pendant la fécondation in Vitro ?
Durant le traitement, il est recommandé de mener une vie tranquille en évitant tout effort important et la réalisation d’exercice physique. Le jour de la ponction folliculaire, il est nécessaire de prévoir une journée de repos. Il faudra également éviter d’avoir des rapports sexuels durant tout le processus.
À quelle fréquence peut-on réaliser des fécondations in Vitro et y a-t-il un nombre limité de tentatives possibles ?

L’idéal est d’attendre que les ovaires retrouvent leur état normal avant de redémarrer une stimulation en vue d’une fécondation in Vitro. Il est recommandé d’attendre deux cycles avant de débuter un nouveau traitement.

Il n’y a pas de nombre limité de fécondations in Vitro (FIV), mais il est peu fréquent de réaliser plus de trois cycles. Il convient d’évaluer le cas clinique de la patiente après chaque cycle si nous n’avons pas obtenu de grossesse afin de déterminer si des examens complémentaires sont nécessaires.

Quels sont les risques associés à la fécondation in Vitro ?

Les risques les plus importants de la fécondation in Vitro sont liés à :

la stimulation ovarienne :

Un syndrome d’hyperstimulation peut survenir en raison de la réponse ovarienne excessive au traitement. Actuellement, ce risque est minime puisque nous adaptons le protocole à chaque patiente.

la ponction folliculaire :

Des saignements légers peuvent survenir, qui cessent généralement spontanément. Exceptionnellement, il peut être nécessaire d’intervenir pour y remédier.

la grossesse multiple :

La politique de transfert d’un seul embryon aide à réduire considérablement le nombre de grossesses multiples.

Stimulation ovarienne et examens gynécologiques
Comment procède-t-on pour stimuler les ovaires ?
Pour réaliser une fécondation in Vitro (FIV) avec de bonnes perspectives de réussite, il est nécessaire d’obtenir un nombre d’ovocytes suffisant. Pour cela, nous soumettons la patiente à une stimulation ovarienne grâce à l’administration d’hormones par le biais d’injections sous-cutanées. Le protocole de stimulation sera adapté de manière personnalisée en fonction de la réserve ovarienne de la patiente. Durant la stimulation, nous devrons surveiller la réponse ovarienne au moyen d’échographies de contrôle répétées jusqu’à l’obtention d’un nombre suffisant de follicules ayant la taille requise. À ce moment-là, nous déclencherons l’ovulation pour récupérer les ovocytes 36 heures après.
Combien de fois devrai-je me rendre à la clinique pendant la stimulation ovarienne ?

Dans la plupart des cas, il ne sera pas nécessaire de réaliser plus de trois contrôles échographiques pour pouvoir programmer le recueil des ovocytes

Vous devrez venir au sein de notre clinique lors de la ponction folliculaire et pour le transfert.

Sachant que dans la plupart des cas, le transfert se fait 5 jours après la ponction folliculaire vous pourrez prévoir de rester environ 1 semaine sur Barcelone. Si cela s´avère compliqué vous pourrez venir pour la ponction folliculaire repartir et revenir pour le transfert.

Peut-on réaliser une fécondation in Vitro sans stimulation ?
La fécondation in Vitro en cycle naturel est indiquée chez les patientes ayant réalisé des traitements auparavant et ayant présenté une très faible réponse, chez lesquelles nous cherchons l’obtention d’un seul ovocyte sélectionné naturellement. Cette option présente des taux de réussite faibles, et est réservée aux patientes qui n’acceptent pas le don d’ovocyte.
Fécondation <i>in Vitro</i> – FIV
Recueil des ovocytes et des spermatozoïdes, fécondation
Comment recueille-t-on les ovocytes ?
Le recueil des ovocytes est effectué au moyen d’une ponction par guidage échographique. Il s’agit d’une intervention simple qui dure une dizaine de minutes, réalisée sous sédation. Il s´agit d´une technique indolore, la patiente étant endormie durant toute l’intervention. La procédure étant réalisée en ambulatoire, la patiente peut repartir quelques heures après la ponction folliculaire.
Quel type de sperme peut-on utiliser pour une fécondation in Vitro ?

Lors d’une fécondation in Vitro, le sperme peut être celui du partenaire ou d’un donneur.

Dans le cas où nous avons recours au sperme d’un donneur, ce dernier sera choisi selon les dispositions légales applicables en respectant au maximum la similitude du phénotype avec les patients.

Comment recueille-t-on les spermatozoïdes ?

La méthode la plus fréquente de recueil des spermatozoïdes est la masturbation le jour de la ponction folliculaire. Si nécessaire, il est possible d’utiliser un échantillon de sperme congelé au préalable.

Il existe d’autres méthodes de recueil des spermatozoïdes telles que l’aspiration testiculaire de spermatozoïdes (TESA) et la biopsie testiculaire (TESE). Ces deux techniques sont utilisées lorsqu’il n’y a pas de spermatozoïdes dans le sperme.

Dans le cas où nous avons recours au sperme d’un donneur, il s’agit toujours d’un échantillon de sperme congelé.

Comment procède-t-on à la fécondation des ovocytes ?

La fécondation est effectuée en laboratoire après le recueil des ovocytes. Les techniques de laboratoire pour inséminer los ovocytes sont la FIV conventionnelle, la micro-injection spermatique (ICSI) et l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes morphologiquement sélectionnés (IMSI).

Actuellement, l’ICSI est la technique privilégiée dans la plupart des cas pour l’insémination des ovocytes, surtout s’il existe des antécédents d’échecs de fécondation ou de mauvaise qualité spermatique.

Il est recommandé d’avoir recours à l’IMSI en cas de tératozoospermie sévère ou de fragmentation élevée de l’ADN spermatique.

Dans les autres cas, s’il y a un bon nombre d’ovocytes mûrs, la FIV conventionnelle peut être envisagée.

Que se passe-t-il au sein du laboratoire entre la fécondation des ovocytes et le transfert ?

Entre 18 et 21 h après l’insémination, nous vérifions si la fécondation a eu lieu correctement. Les embryons seront conservés dans des incubateurs qui leur fourniront les conditions idéales pour leur développement. Il peut s’agir d’incubateurs classiques ou équipés de la technologie time-lapse.

L’évolution de chaque embryon sera analysée quotidiennement jusqu’au cinquième jour du développement ; l’embryon sera alors transféré à l’intérieur de l’utérus. Cette culture prolongée, d’une durée de cinq jours, nous permet de sélectionner les embryons (blastocystes) ayant la meilleure capacité à s’implanter, augmentant ainsi les chances de grossesse.

Transfert d’embryons
Comment procède-t-on au transfert des embryons ?
Le transfert des embryons est un procédé simple qui ne requiert pas d’hospitalisation ni d’anesthésie. Un cathéter est introduit par le canal cervical afin de pouvoir déposer les embryons à l’intérieur de l’utérus. En général, nous transférons entre un et deux embryons, et la tendance actuelle est de transférer un seul embryon dans le but de réduire les risques d’une grossesse multiple.
Que puis-je faire pour augmenter les chances de réussite après le transfert ?
Il est courant de se demander ce que l’on peut faire après le transfert pour favoriser une grossesse. Il n’y a rien d’autre à faire pour augmenter les chances de grossesse qu’attendre que les embryons s’implantent correctement, en conservant un mode de vie normal et tranquille.
Que doit-on faire après le transfert des embryons ?
Après le transfert, il faudra continuer l’administration de progestérone démarrée après la ponction folliculaire. Si tout va bien, l’embryon s’implantera quelques heures après le transfert, mais nous ne pourrons le vérifier que le jour du test de grossesse.
Que deviennent les embryons non transférés ?

S’il reste des embryons de bonne qualité après le transfert embryonnaire, ils seront congelés.
Le transfert d’embryons congelés nécessite uniquement un bon développement de l’endomètre chez la patiente. À cet effet, nous utilisons un traitement hormonal par voie orale ou transdermique qui est administré dès le début du cycle. Quelques jours après, nous vérifions que l’endomètre est correctement préparé et nous programmons le jour du transfert.

Les embryons seront décongelés le jour du transfert. Si les embryons congelés sont de bonne qualité, et a fortiori s’il s’agit de blastocystes, le taux de survie est supérieur à 90 %.

Les embryons peuvent rester congelés jusqu’à ce que les patients choisissent une des options établies par la Loi en vigueur. La durée de congélation n’a pas d’incidence sur les résultats.

Fécondation <i>in Vitro</i> – FIV

Résultats positifs

La fécondation in Vitro (FIV) est l’un des meilleurs traitements de procréation médicalement assistée disponibles. Ses taux de réussite dépendent principalement de l’âge de la patiente, le taux cumulé de grossesse par cycle est de plus de 50 % jusqu’à 39 ans et diminue progressivement à partir de cet âge.

Femmes < 35 ans

Femmes 35 - 38 ans

Femmes 39 - 42 ans

Femmes > 35 ans

Prix de la fécondation in Vitro

Le prix d’un traitement de fertilité par fécondation in Vitro s’élève à 4.970€, incluant :

  • Visites médicales
  • Ponction folliculaire
  • Transfert
  • Contrôles échographiques du cycle
  • ICSI
  • ß-hCG
  • Contrôles hormonaux du cycle
  • Culture embryonnaire