Insémination artificielle

Insémination artificielle
Qu’est-ce qu’une insémination artificielle ?

Qu’est-ce qu’une insémination artificielle ?

L’insémination artificielle est un traitement de fertilité qui consiste à déposer un échantillon de sperme à l’intérieur de l’utérus au moment de l’ovulation de la femme.

Quelles sont les étapes du processus ?

L’insémination artificielle comprend trois étapes principales :

Stimulation ovarienne + examens gynécologiques
Stimulation ovarienne + examens gynécologiques
Préparation de l’échantillon de sperme + insémination
Préparation de l’échantillon de sperme + insémination

Comment réalise-t-on une insémination artificielle ?

Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir.

Généralités
Dans quels cas l’insémination artificielle est-elle indiquée ?

L’insémination artificielle est recommandée aux femmes âgées de 38 ans au maximum, avec possibilité d´augmenter cette limite lorsqu’il ne s’agit pas d’un problème de stérilité. Les indications pour réaliser une insémination artificielle sont les suivantes :

  • Femmes célibataires ou ayant une conjointe qui ont besoin d’avoir recours au sperme d’un donneur

  • Cause de stérilité inconnue malgré la réalisation d’un bilan basique de fertilité

  • Facteur masculin peu sévère qui peut être amélioré grâce à la préparation du sperme en laboratoire

  • Facteur masculin sévère qui indique le recours au sperme d’un donneur

  • Troubles de l’ovulation

  • Couple ayant des difficultés à avoir des rapports sexuels

Dans tous ces cas, il est recommandé de s’adresser à une clinique de procréation médicalement assistée pratiquant l’insémination artificielle pour obtenir une grossesse.

Quels sont les examens préalables requis ?

Les examens recommandés pour une insémination artificielle sont les suivants :

  • Bilan hormonal pour analyser la réserve ovarienne. Il est possible de déterminer le taux de l’hormone antimüllérienne (AMH) à tout moment du cycle, ou de la FSH et de l’œstradiol au troisième jour du cycle.

  • Spermogramme avec test de récupération des spermatozoïdes mobiles (REM) pour évaluer si l’échantillon du partenaire présente une qualité suffisante en vue d’une insémination.

  • Échographie gynécologique pour écarter toute pathologie utérine et ovarienne. Elle permet également d’évaluer la réserve ovarienne par le comptage des follicules antraux.

  • Hystérosalpingographie pour évaluer la perméabilité des trompes. Il s’agit d’un examen radiographique de l’utérus après injection d’un produit de contraste.

  • Bilan des sérologies pour écarter la présence de maladies infectieuses transmissibles.

À quelle fréquence peut-on réaliser des inséminations et y a-t-il un nombre limité de tentatives possibles ?

Comme lors des cycles naturels, les inséminations peuvent avoir lieu à chaque cycle. Il n’est pas nécessaire de laisser passer un mois de repos pour augmenter le taux de réussite.

Les taux de grossesse des inséminations sont stables durant les trois premiers essais. Si nous n’avons pas obtenu de grossesse après trois tentatives, nous recommandons de changer de traitement et de passer à une technique plus efficace.

Quels sont les risques associés à l’insémination artificielle ?
Le principal risque de l’insémination artificielle est celui de la grossesse multiple, qui dépendra du nombre de follicules qui se sont développés durant la phase de stimulation. Ce risque peut être maîtrisé grâce au monitorage échographique lors du traitement.
Stimulation ovarienne et examens gynécologiques
Comment procède-t-on pour stimuler les ovaires ?

La stimulation ovarienne est réalisée grâce à l’administration d’hormones par le biais d’injections sous-cutanées quotidiennes à partir des premiers jours du cycle.

Le protocole de stimulation sera adapté de manière personnalisée en fonction de la réserve ovarienne de la patiente. Durant la stimulation, nous devrons surveiller la réponse ovarienne par le biais d’échographies répétées jusqu’au développement d’un ou deux follicules. À ce moment, l’ovulation sera déclenchée et nous procéderons à l’insémination artificielle au bout de 36 à 40 h.

Combien de fois devrai-je me rendre à la clinique pendant la stimulation ovarienne ?
Durant le traitement, vous devrez effectuer plusieurs échographies de contrôle au sein de notre clinique ou auprès de votre gynécologue habituel afin de surveiller le développement folliculaire. De façon générale, il n’est pas nécessaire de réaliser plus de trois contrôles échographiques pour pouvoir programmer l’insémination.
Peut-on réaliser une insémination artificielle sans stimulation ?
La stimulation ovarienne n’est pas indispensable chez une femme qui ovule normalement. Il est néanmoins recommandé de la réaliser dans tous les cas dans la mesure où elle augmente considérablement les taux de réussite.
Recueil et préparation du sperme
Quel type de sperme peut-on utiliser pour une insémination artificielle ?
Lors d’une insémination artificielle, le sperme peut être celui du partenaire ou d’un donneur. Dans le cas où nous avons recours au sperme d’un donneur, ce dernier sera choisi selon les dispositions légales applicables en respectant au maximum la similitude physique avec les patients. La concentration de spermatozoïdes dans les échantillons de sperme de donneurs est optimale et dépasse nettement les limites établies pour garantir les chances maximales d’obtenir une grossesse.
Comment prépare-t-on le sperme ?
Le jour de l’insémination, l’échantillon de sperme sera préparé au laboratoire grâce à un processus qui consiste à sélectionner les spermatozoïdes mobiles progressifs aptes à la fécondation de l’ovule.
Après l’insémination artificielle
Dois-je prendre un complément médicamenteux après l’insémination ?
Après l’insémination, il est conseillé de prendre en complément, de la progestérone pendant quelques jours pour favoriser l’implantation de l’embryon.
Pourrai-je mener une vie normale ?
Durant le cycle d’insémination, la femme ne remarquera pas de grandes différences avec son cycle naturel. C’est pourquoi il est recommandé de conserver un mode de vie le plus normal possible.
Quand faire le test de grossesse ?
Il est recommandé de réaliser un test de grossesse par analyse d’urine deux semaines après l’insémination.

Résultats positifs

Les taux de grossesse grâce à l’insémination artificielle dépendent de l’âge de la patiente. Ces taux sont similaires à ceux d’un couple non stérile lors d’un cycle naturel.

Sperme du partenaire

Sperme d’un donneur

Prix d’une insémination artificielle

Le prix d’un traitement de fertilité par insémination artificielle s’élève à 915€, incluant :

  • Visites médicales
  • Insémination
  • Contrôles échographiques du cycle
  • ß-hCG
  • Contrôles hormonaux du cycle